Psychologue clinicienne et Psychothérapeute:

Titulaire d’un Master 2 en Psychopathologie clinique et psychanalyse et doctorante à l’Université de Paris Nanterre, j’exerce depuis plusieurs années dans le secteur de l’enfance et l’adolescence à travers différents lieux d’accueil. 

Je suis psychologue à Toulon, ou je reçois quotidiennement dans mon cabinet des adultes principalement mais également des enfants et adolescents.

Protection judiciaire de la jeunesse:

Au sein de la PJJ (site de la PJJ), j’ai pu développer ma pratique dans la prise en charge thérapeutique d’adolescents dans un centre censé les accompagner dans leur réinsertion sociale et professionnelle. Cet accompagnement d’adolescents ayant des tendances antisociales (vols multiples, cambriolages, abus sexuels, viols, entre autres), m’ont fait développer la clinique des jeunes dans leur souffrance et ainsi que de leur famille.

La prise en charge d’adolescents à tendance antisociale, m’ont fait prendre en compte cliniquement leur souffrance en m’adaptant à eux et leur environnement.

Spécialisation dans l’enfance:

Dans le secteur de la petite enfance (Centre d’Action Médico Social Précoce CAMSP), ma clinique se concentrait au niveau du handicap, la perinatalité, l’accueil mère-enfant  et dans l’accompagnement auprès des familles (concernant l’enfant, l’environnement, les difficultés relationnelles précoces, les groupes d’expression pour enfants psychiquement désorganisés, etc. Ce travail, implique chez le clinicien des capacités créatives pour adapter au mieux leur prise en charge (individuelle et en équipe) et à l’aide de différents outils thérapeutiques en fonction des personnes accueillies. Par exemple: groupe de parole, groupes thérapeutiques à médiation (argile, écriture, peinture, marionnettes).

Ces expériences m’ont permis de m’adapter a la parentalité , à la famille, qui vient en consultation et ainsi proposer un soutien thérapeutique sur mesure, en fonction des difficultés rencontrées et des demandes diverses.

Etre à l’écoute bienveillante de l’enfant et de leur famille est essentielle, les parents en ont besoin. Il s’agit alors, dans le meilleur du possible, de proposer une prise en charge sur mesure.

Notion de prévention:

La notion de prévention concernant le développement du tout petit est permanente. Ecouter les parents qui sont en difficultés ou qui pourraient se poser des questions autour de la séparation, de la propreté, de la période du “non”, du doudou, de  l’alimentation, des “sanctions/punitions”, de la stimulation, font partie de ma pratique quotidienne en crèche pour les parents mais aussi pour les professionnels de la petite enfance dans l’intervention d’analyse de leur pratique, afin d’améliorer l’accueil et l’accompagnement du tout petit et leur parents.

La protection de l’enfance (Aide sociale à l’enfance)

Dans le cadre de la protection de l’enfance, mon parcours en maison d’enfants à caractère social (MECS, foyer pour enfants, foyer d’accueil en urgence, pouponnière, ASE) avait pour but de prendre en charge des enfants âgés de 6 à 14 ans et des adolescents de 15 à 21 ans, certains d’entre eux, mineurs isolés étrangers (MIE, dit maintenant Mineurs Non-Accompagnés, MNA) .Pour la plupart, il s’agissait d’enfants ayant vécu des forts traumatismes relationnels et des carences affectives dès le début de leur vie.

Élaborer avec l’enfant et en relation avec l’équipe pluri-professionnelle le motif du placement (dicté par un juge -protection de l’enfant- ou à la demande des parents -soutien-, était une grande partie du travail institutionnel. Les différents motifs du placement pouvaient être: les violences familiales, les carences éducatives ou affectives, la maltraitance, l’abandon, l’alcoolisme, la toxicomanie, etc. Ce qui permettait par la suite de travailler les situations du quotidien: échec scolaire, troubles du comportement, hyperactivité, difficulté à l’endormissement, colères, dépression, anorexie du nourrisson ou du jeune enfant. Cette expérience m’a permis d’ébaucher sur une thèse de doctorat actuellement en préparation.

Cette expérience m’a permis d’ébaucher sur une thèse de doctorat.